Hommage à Senseï Miyazaki

belgique japonais belgique japonais belgique japonais

Genealogie

Senseï Satoshi MIYAZAKI

Né à Saga, le 17 Juin 1938 et décédé à Bruxelles, le 31 Mai 1993

"Son dernier combat"

Humilité

Honnêteté

Courtoisie

Courage

Contrôle de soi

 

Lorsqu'à la fin des années 80, au déces du Sensei Nakayama,en quelque sorte son père spirituel, on lui avait demandé de revenir s'installer au Japon, Satoshi Miyazaki avait refusé.

"Ma famille est en Belgique", avait-il dit.

Les divergences entre flamands et francophones lui étaient étangères,parfois même il ne les comprenait pas. Il était Belge

Ses croyances religieuses prenaient leurs racines dans le Bouddhisme-Zen et la religion Shinto, mais sa philosophie de vie était également empreinte de l'honneur et de la fierté du Samouraï.

Cependant, avant tout, il croyait en l'être humain et plus encore en ceux qui lui étaient proches.

Considérant le monde comme sa patrie, il avait pourtant horreur des avions. Et bien que souvent en voyage, il ne savait ni conduire une voiture, ni rouler en vélo.

En 1993, un des rêves de Sensei Miyazaki était en passe de se réaliser: réunir et organiser la JKA Européenne de Karaté.

En février 1993, sous son impulsion, la JKA-Europe a été créée. Non comme un but en soi mais plutôt comme un moyen de préserver un style pur et intact.

En début d'année 1992, la maladie était décelée et au mois de mai de la même année, il était opéré pour la première fois. Quatre semaines plus tard, il était à nouveau au Dojo.

Le 31 mai 1993, il décédait à l'âge de 55 ans, plein de dynamisme et jeune d'esprit, après un dernier combat contre un ennemi invisible.

Sensei, à qui allez-vous manquer le plus ?

Au compétiteur internationnal qui au premier signe de vous réalisait des prestations extraordinaires, ou

au Karatéka de haut niveau qui savait que votre avis critique répondait à son désir de perfection; ou

au pratiquant ordinaire de karaté que vous guidiez à la découverte de son propre être et de ses propres capacités."

 

Venir et partir...

Un temps pour le bonheur

Un temps pour la douleur

Un temps pour la reconnaissance

Un temps pour le souvenir,

 

Stabat Mater, Aria, Giovanni Pergolesi